volume 22, issue 3, P395-417 2011
DOI: 10.1017/s0959269511000500
View full text
|
|
Share

Abstract: RÉSUMÉDans les études ayant conclu à une dépréciation de la variété endogène, les attitudes linguistiques ont été suscitées à partir de stimuli généraux (p.ex., accent). Dans cet article, nous soulignons les limites de ces travaux, en montrant au travers d'une récente enquête que la réponse à un stimulus général est formulée sur la base d'une partie seulement des variantes lexicales, celles relevant d'un contact de langues et présentant un déficit de prestige. Les résultats de cette recherche mettent parallèle…

Expand abstract

Search citation statements

Order By: Relevance

Citation Types

0
0
0

Paper Sections

0
0
0
0
0

Publication Types

0
0
0
0

Relationship

0
0

Authors

Journals